Rechercher

Faites de 2019 votre épiphanie.


En dehors de la fameuse galette des rois du premier dimanche de janvier, l'épiphanie est porteuse d'un tout autre sens celui de la révélation, d'une soudaine prise de conscience qui amène le changement.


Comme chaque année, les mots ‘bonnes résolutions’ font leur apparition sur les posts, dans les publicités ou lorsque l’on trinque à la nouvelle année. Que celui qui n’est s’est jamais engagé à prendre une fameuse résolution de la nouvelle année comme il s’il recommençait sa vie de zéro me lance sa galette. Il est en effet plus facile de le dire haut et fort en prenant à témoin son entourage pour se mettre la pression avec dans quelques mois la fatidique question où en es-tu ?


Alors phénomène de mode qui relève d’une tradition ancestrale ou alors s’agit il d’une vraie prise de conscience qui vous amènera à faire de cette ‘résolution’ un objectif avec des actions concrètes.

Je ne suis pas fan du terme 'résolution' je le considère inadapté car souvent employé au sens propre comme étant l'action de trouver une solution, sous-entendu qu’il y a un problème … Je préfère et cela n’engage que moi le mot objectif.

Étymologiquement ‘une résolution’, signifie avant tout la transformation, le passage d’un état à un autre, d’une qualité dont on peut faire preuve ou de d’accomplissement de quelque chose. Mais de quelle manière doit on procéder pour tenir le cap tout au long de ce processus de changement ? Si l'on regarde par exemple les statistiques des inscriptions dans les salles de sport après les fêtes, tout le monde s’y met mais concernant la REGULARITE ? Combien de personnes y mettront les pieds le reste de l’année ?

Et c’est là, Eurêka !! Que la fameuse épiphanie prend tout son sens, vouloir changer une situation ne suffit pas, il faut le déclic, la prise de conscience, le pic de douleur qui rend insupportable la situation au point que seul le changement puisse vous apporter du répit et de la satisfaction.

On parle alors l’ordalie, la thérapie par l’épreuve. Cela signifie que le symptôme, la gêne doit être plus forte que les efforts à fournir pour accéder au changement. Donc si on devait analyser la situation en début d’année en partant de ce principe, ne pensez-vous pas qu’il y aurait des résolutions plus qualitatives et réfléchies qu’une simple to do list érigée en bonnes résolutions ?

L’une de mes techniques afin d’apprécier si cette résolution ou objectif sera réalisable ou pas est de le mesurer sur une échelle de 1 à 10 et d’imaginer ce que je serai prêt(e) à sacrifier pour y parvenir.

Si le sacrifice est moindre c’est que le risque d’y parvenir est trop faible, pas de prise réelle de conscience, vous y pensez mais cela vous convient encore suffisamment pour supporter cette situation. Soyez pragmatique, il vaut mieux une bonne résolution réalisée qu’une liste sans fin qui ne sert à rien et que vous reporterez d’année en année.

Alors qui a eu son Epiphanie cette année ?

#acceptationdesoi #modedevie

14 vues

©2020 by Invictum coaching